Ce club-service de Marseille (Provence, France) existe depuis 1964. Parmi ses activités : une Bibliothèque sonore pour aveugles et malvoyants à Marseille, une ONG humanitaire oeuvrant dans le Tiers-monde (HumaniTerra) et des actions au bénéfice de la Fondation Internationale des Lions Clubs.
Lions Club Marseille Prospective (DM 103 France)
Page d'accueil LIONS International Marseille Notre histoire Mentions légales Nous contacter Liens utiles
Année en cours Nos membres Jumelage Bibliothèque Sonore Club Opéra Lions HumaniTerra Plan du site
 

Notre ville : Marseille

Historique : de la Seconde guerre mondiale à nos jours


La Seconde Guerre Mondiale


Pendant la "drôle de guerre" de septembre 1939 à avril 1940, le trafic portuaire et l'activité industrielle restent intenses. Le conflit proprement dit se limite à un bombardement aérien du Port en juin 1940.

Quelques jours après la capitulation, le 23 juin 1940, le vice-amiral à la retraite Émile Muselier quitte Marseille à bord du charbonnier anglais Cydonia en direction de Gibraltar, d'où il gagne Londres en hydravion. Il jouera les premiers rôles dans l'histoire de la Résistance.

L'année 1941 est relativement calme ; par contre 1942 est plus pénible pour les Marseillais :
- les difficultés de ravitaillement et le chauffage se multiplient, d'autant plus après la dramatique explosion de l'usine à gaz des Crottes le 23 février ;
- le 14 juillet, une manifestation patriotique sur la Canebière est brutalement réprimée par des hommes de main de Simon Sabiani, qui tirent sur la foule ;
- l'occupation de la "zone libre" par les troupes allemandes à partir du 11 novembre se traduit par l'instauration d'un couvre-feu et l'aggravation de la pénurie alimentaire.

En 1943, les épreuves perdurent :
- Une rafle suivie de déportations décime le quartier du Panier, lequel est ensuite dynamité par l'armée allemande (quatorze hectares de la vieille ville sont détruits) ;
- le "Service du Travail Obligatoire" se met en place ; jusqu'en juillet 1944, ce sont 18 000 marseillais qui sont forcés de partir travailler en Allemagne, dont 2000 ne reviendront pas ;
- tous les hommes de 16 à 60 ans participent, dans le cadre du "Service des six jours", à la construction du "mur de la Méditerranée" en édifiant un rempart de béton, hérissé de blockhaus, entre les quartiers de Bonneveine et du Roucas-Blanc ;
- la répression contre les résistants s'appesantit ;
- un bombardement anglo-américain le 2 décembre sème la terreur dans le quartier de Saint-Louis, faisant 50 morts.

En 1944, l'occupation allemande se fait de plus en plus écrasante, et la répression, menée conjointement par la Gestapo et la Milice, s'exacerbe contre une Résistance qui monte en puissance.

Mais l'événement dramatique resté, soixante-dix ans plus tard, dans la mémoire collective, est le raid aérien américain qui détruit une grande partie de la ville le 27 mai 1944. En quelques minutes, plus de huit-cents bombes sont larguées de très haute altitude par cent vingt forteresses volantes, faisant 1976 morts, près de 3000 blessés et plus de 20 000 sinistrés.

Le débarquement en Provence du 15 août amène l'occupant à faire sauter les installations portuaires : plus de 200 navires sont coulés et le célèbre pont transbordeur détruit. La libération de Marseille, commencée le 22 août, s'achève le 28 par la capitulation du commandement allemand à Marseille. L'épuration obéit malheureusement aux mêmes règles que dans le reste du pays...

De l'après-guerre à nos jours


La fin des années quarante voit Marseille panser ses plaies : déblaiement des bassins portuaires, réparation des quais, construction de nouveaux immeubles (tels ceux du quai du Port, oeuvre de l'architecte Fernand Pouillon).

Marseille s'adapte à l'automobile : du quartier des Chartreux à celui de la Timone, on procède à la couverture du Jarret (rivière affluent de l'Huveaune) pour en faire une rocade à six voies. Le projet d'autoroute "Nord" est lancé.

Au 280 du boulevard Michelet, est débutée en 1947 la construction de la célébrissime "Cité radieuse" de l'architecte suisse Charles-Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier. Les Marseillais adopteront cet édifice, jalon dans l'histoire de l'architecture moderne, en le baptisant toutefois affectueusement "la maison du fada".

A partir des années cinquante, d'autres constructions, hélas moins prestigieuses, vont bon train : celles d'ensembles HLM avec leurs tours et leurs barres... Ils permettront toutefois de faire face à la crise du logement.

Les années soixante sont marquées par la décolonisation, en particulier l'indépendance de l'Algérie en 1962, qui entraîne un rapatriement massif et dramatique de millions de Français, dont plus de 100 000 choisissent notre ville pour s'y établir.

Sur le plan économique, l'activité portuaire a également à souffrir de la fermeture du canal de Suez en 1967. Toutefois le complexe portuaire de Fos et les aménagements du port de Lavéra complètent le rôle traditionnel du port de Marseille, lui permettant de conserver son rang grâce, notamment, à l'essor des activités pétrochimiques.

Sous les municipalités Gaston Defferre (maire sans interruption de 1953 à 1986, plus long mandat municipal dans l'histoire de Marseille), la ville s'équipe efficacement : construction de l'hôpital Nord (premier CHU de France) puis de celui de la Timone, ouverture du tunnel routier sous le Vieux-Port, mise en service du métro, création de technopôles à Luminy et à Château-Gombert...

Ses successeurs (Robert P. Vigouroux de 1986 à 1995 puis Jean-Claude Gaudin de 1995 à nos jours) contribuent ensuite, chacun à leur manière, à préparer la cité à son vingt-septième siècle, puis à l'y installer...

 

POUR EN SAVOIR PLUS


  Présentation générale de Marseille
  Historique : l'Antiquité
  Historique : le Moyen Age
  Historique : de la Renaissance à la Révolution
  Historique : la Révolution et le XIXe siècle
  Historique : de 1900 à la Seconde guerre mondiale
  Historique : de la Seconde guerre mondiale à nos jours
  Sites remarquables : Notre-Dame de la Garde
  Sites remarquables : le Vieux-Port
  Sites remarquables : l'Hôtel de Ville
  Sites remarquables : le Château d'If
  Sites remarquables : le Palais du Pharo
  Sites remarquables : la Vieille-Charité
  Sites remarquables : l'Arc de Triomphe de la Porte d'Aix
  Sites remarquables : la Cathédrale de la Nouvelle Major
  Sites remarquables : le Palais Longchamp
  Sites remarquables : l'escalier monumental de la Gare Saint-Charles
  L'Olympique de Marseille



Blason de Marseille




Plan du site   Haut de page   Accessibilité
 
Accueil |  LIONS International |  Marseille |  Historique |  Faire un don |  Liens utiles
Année en cours |  Nos membres |  Jumelage |  Bibliothèque Sonore |  Club Opéra Lions |  HumaniTerra | Plan du site
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) |  Mentions légales / Accessibilité
 
Ce site a été conçu et réalisé par Lionel A. BOUCHON et Didier GRAU, à partir des données du CDRom réalisé par Claude MUSSET et Christian ECHINARD.
Il est conçu pour une résolution d'écran de 1024x768 ou supérieure.
Il a eu l'honneur d'être récompensé par une "Honorable Mention" au Concours international de sites web LIONS à la Convention Internationale de Denver (Colorado) en 2003.
Dernière mise à jour de cette page le 2014-02-23
Valide HTML 4.01!   Valide CSS!