Ce club-service de Marseille (Provence, France) existe depuis 1964. Parmi ses activités : une Bibliothèque sonore pour aveugles et malvoyants à Marseille, une ONG humanitaire oeuvrant dans le Tiers-monde (HumaniTerra) et des actions au bénéfice de la Fondation Internationale des Lions Clubs.
Lions Club Marseille Prospective (DM 103 France)
Page d'accueil LIONS International Marseille Notre histoire Mentions légales Nous contacter Liens utiles
Année en cours Nos membres Jumelage Bibliothèque Sonore Club Opéra Lions HumaniTerra Plan du site
 

Notre ville : Marseille

Historique : la Révolution et le XIXe siècle


La Révolution et l'Empire


Marseille, forte de ses 120 000 habitants, entre très tôt en révolution. Dès mars 1789, des émeutes éclatent contre l'oligarchie municipale ; c'est à grand-peine que le Comte de Caraman, à la tête d'une véritable armée, les réprime. On comprend donc que, dès le 18 juillet, date à laquelle est connue la prise de la Bastille, la ville bouillonne d'effervescence révolutionnaire.

Ce caractère rebelle suscite la méfiance des autorités, qui lui préfèrent Aix-en-Provence au moment de choisir un chef-lieu au département des Bouches-du-Rhône, créé en mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789.

De nombreux clubs révolutionnaires voient le jour. L'un d'eux, la "Société patriotique des amis de la Constitution", sis rue Thubaneau, est créé en avril 1790. Ce club diffuse les idées jacobines et contrôle la municipalité. Un événement qui s'y produit en juin 1792 va lui valoir une place dans l'histoire de la Révolution.

Suite à un courrier du député marseillais Barbaroux, le maire de Marseille se voit invité à lever un bataillon de six cents "hommes sachant mourir" pour défendre la Révolution. Le club, après avoir voté la mesure, organise un banquet au cours duquel François Mireur entonne le "Chant de Guerre de l'Armée du Rhin" que vient de composer un certain Claude Joseph Rouget de Lisle. Les Fédérés prennent la route le 2 juillet et, tout au long des vingt-sept jours de leur marche vers Paris, popularisent cette chanson.

Le 10 août, ces marseillais s'illustrent lors de la prise des Tuileries, qui entraîne la chute de la monarchie. Le Bataillon entre dans l'histoire ; le succès de son hymne est tel qu'il sera déclaré chant national le 14 juillet 1795 : on le connaît depuis aux quatre coins du monde sous le nom de "La Marseillaise".

Les années suivantes sont particulièrement chaotiques : de janvier à février 1794, Marseille est appelée "la ville sans nom" en raison de sa participation à l'insurrection fédéraliste contre la Convention ; fin septembre, l'arrestation de jacobins provoque de violentes émeutes ; le 5 juin 1795, les jacobins enfermés au fort Saint-Jean sont massacrés ; les élections municipales de juillet 1796 sont gagnées par les républicains, mais le résultat est annulé par le Directoire le mois suivant.

De fait, en 1799, le coup d'état du 18 Brumaire par Napoléon Bonaparte est favorablement accueilli à Marseille. La famille Bonaparte est bien connue à Marseille, puisque Joseph est marié à Julie Clary, fille d'un prospère négociant de la cité, et que Napoléon a été fiancé à Désirée Clary (soeur de Julie, future reine de Suède par son mariage avec Jean Baptiste Jules Bernadotte).

Dès 1800, la ville devient le chef lieu du département des Bouches-du-Rhône. Le Premier Empire lui permet de retrouver une certaine stabilité politique (municipalités d'Anthoine de 1805 à 1813, puis Montgrand) mais son économie stagne.

Marseille au XIXe siècle


Sur le plan économique, on considère le XIXe siècle comme le second âge d'or de l'histoire de Marseille. La ville renoue avec la prospérité des temps antiques, grâce essentiellement à son port ("rendez-vous du monde entier", pour citer Alexandre Dumas).

Plusieurs facteurs successifs vont favoriser l'activité portuaire tout au long du siècle :
- la fin de la piraterie barbaresque ;
- l'apparition de la navigation à vapeur (c'est en 1818 qu'un "steamer" mouille pour la première fois à Marseille) ;
- la conquête de l'Algérie à partir de 1830 ;
- le percement du canal de Suez en 1869, qui ouvre au port de Marseille les portes de l'Orient.

Par voie de conséquence, la zone portuaire déborde de son périmètre historique (le Vieux-Port) et s'étend à partir de 1844 aux rivages Nord : les actuels bassins de la Joliette sont ouverts en 1853, ceux du Lazaret et d'Arenc en 1856.

L'accroissement territorial et démographique de la ville est à l'origine d'un chantier majeur du siècle : l'adduction des eaux de la Durance, décidée dès 1834 par le maire Maximin Consolat ; cette mesure s'impose d'autant plus que sévissent cette année-là une grande sécheresse et une épidémie de choléra.

La construction d'un canal de 87 km, par 5000 ouvriers sous la direction du jeune ingénieur Franz Mayor de Montricher, demande onze ans de travaux, et l'eau de la Durance arrive le 8 juillet 1847 à Marseille.

En 1862, afin de commémorer cet événement, l'architecte Henry Espérandieu (1829-1874) est chargé de réaliser un monument, le Palais Longchamp, qui sera inauguré en août 1869.

Cet architecte est déjà bien connu des Marseillais, qui lui doivent la réalisation du monument qui deviendra emblématique de leur ville : la basilique de Notre-Dame de la Garde, édifiée à partir de 1853 et consacrée en 1864.

L'autre grand chantier du siècle est, comme partout en France à cette époque, lié à l'arrivée dans notre ville du chemin de fer. Dès 1843, la concession d'une ligne de chemin de fer de Marseille à Avignon est attribuée à Paulin-François Talabot (futur créateur de la compagnie PLM). Marseille est reliée à Avignon en 1848, à Lyon en 1854. Simultanément, l'accès au centre-ville est facilité par l'édification en 1845 d'une gare sur la butte Saint-Charles. En 1857, la "ligne impériale" Paris-Marseille est terminée.

Sur le plan industriel, Marseille connaît un essor considérable avec des huileries et savonneries (souvent propriété du même entrepreneur, puisque les secondes utilisent le résidu des premières), des minoteries, des fabriques de pâtes, des raffineries de sucre, des distilleries, une manufacture des Tabacs, des tanneries, des corderies, des tonnelleries, des cartonneries, toutes activités étroitement liées à l'activité portuaire.

Les communications sont favorisées par de nouveaux modes de transport ou de nouvelles voies :
- création d'un service d'omnibus en 1840, relayé en 1879 par le tramway ;
- aménagement de la promenade de la Corniche de 1848 à 1863 ;
- prolongement de la Canebière en 1860, puis apparition de l'éclairage électrique sur cette artère en 1888 ;
- percement à partir de 1862 de la rue Impériale (actuelle rue de la République), reliant le Vieux-Port aux bassins de la Joliette ; elle sera inaugurée en 1870 ;
- percement du tunnel ferroviaire "Prado-Carénage" en 1878 (mais il ne sera ouvert à la circulation que plus d'un siècle plus tard, transformé en tunnel routier) ;
- mise en service en 1890 d'un système de navette maritime traversant le Vieux Port : le célèbre ferry-boat.

Cette prospérité permet à la ville, qui compte à présent 500 000 habitants, de fêter somptueusement ses vingt-cinq siècles d'histoire en 1899-1900.

 

POUR EN SAVOIR PLUS


  Présentation générale de Marseille
  Historique : l'Antiquité
  Historique : le Moyen Age
  Historique : de la Renaissance à la Révolution
  Historique : la Révolution et le XIXe siècle
  Historique : de 1900 à la Seconde guerre mondiale
  Historique : de la Seconde guerre mondiale à nos jours
  Sites remarquables : Notre-Dame de la Garde
  Sites remarquables : le Vieux-Port
  Sites remarquables : l'Hôtel de Ville
  Sites remarquables : le Château d'If
  Sites remarquables : le Palais du Pharo
  Sites remarquables : la Vieille-Charité
  Sites remarquables : l'Arc de Triomphe de la Porte d'Aix
  Sites remarquables : la Cathédrale de la Nouvelle Major
  Sites remarquables : le Palais Longchamp
  Sites remarquables : l'escalier monumental de la Gare Saint-Charles
  L'Olympique de Marseille



Blason de Marseille




Plan du site   Haut de page   Accessibilité
 
Accueil |  LIONS International |  Marseille |  Historique |  Faire un don |  Liens utiles
Année en cours |  Nos membres |  Jumelage |  Bibliothèque Sonore |  Club Opéra Lions |  HumaniTerra | Plan du site
Se libérer d'un jeu de cadres (frames) |  Mentions légales / Accessibilité
 
Ce site a été conçu et réalisé par Lionel A. BOUCHON et Didier GRAU, à partir des données du CDRom réalisé par Claude MUSSET et Christian ECHINARD.
Il est conçu pour une résolution d'écran de 1024x768 ou supérieure.
Il a eu l'honneur d'être récompensé par une "Honorable Mention" au Concours international de sites web LIONS à la Convention Internationale de Denver (Colorado) en 2003.
Dernière mise à jour de cette page le 2014-02-23
Valide HTML 4.01!   Valide CSS!